Assurance Animaux
comparer et économiser

La bonne protection au bon prix

Comme les êtres humains, les animaux sont capables de ressentir du plaisir ou de la version.

C'est ce que confirment les scientifiques avec les dernières études sur la sentience animale, une révélation qui pose plus que jamais la question du rapport de l'homme à l'animal.

Il n'y a pas de différence fondamentale entre l'homme et les mammifères supérieurs sur le plan des facultés mentales.

La différence intellectuelle entre l'homme et les animaux supérieurs si grande soit-elle ?

N’est qu'une question de degré et non de genre déclarait déjà en son temps (Charles Darwin), il aura fallu attendre le 21e siècle pour que les scientifiques donnent raison au grand homme et le prouvent avec les dernières études sur la sentience.

Qu’est-ce que la sentience ?

La sentience, révélatrice de la sensibilité animale. Si la définition précise de la sentience est la question de savoir si elle est présente chez tout animal, aujourd'hui, il est reconnu par tous que les animaux sont des êtres sensibles à un degré plus ou moins élevé.

Autrement dit un animal éprouve un ensemble de sentiments, sensations, perceptions et émotions positif ou négatif depuis la douleur à la peur jusqu'au plaisir et la joie.

Des études scientifiques ont d'ailleurs montré que certains animaux présentaient un type de capacité mentale de haut niveau que l'on croyait jusqu’alors réservé aux seuls humains comme être conscient d’eux même, être capable de résoudre des problèmes nouveaux, avoir des représentations mentales ou encore comprendre ce que d'autres animaux savent ou se disposent à faire, que ce soit un animal sauvage, de ferme, ou familier.

Depuis 1997 l'union européenne reconnait les animaux comme des êtres sensibles, ainsi le droit européen oblige les états membres à tenir pleinement compte des exigences en matière de bien-être animal, alors que la science découvre sans cesse de nouvelles informations sur la capacité des animaux à ressentir, éprouver, penser.

Il est temps pour l’homme de repenser la façon dont il pourrait être utile aux animaux plutôt que la façon dont les animaux pourraient lui servir c'est pourquoi nos amis les vétérinaires sont en formation permanente afin de mieux servir, comprendre, connaitre nos chers animaux qui peuvent souffrir.

Les animaux sont des êtres sensibles et pourvues de capacités cognitives et émotionnelles, ils sont capables de souffrir.

Les connaissances scientifiques et techniques sont en progression constante, aider nos amis les animaux demande beaucoup de formations connaissance, patience, persévérance et surtout beaucoup d'amour, leurs apporter des soins coûtent beaucoup d'argent.

C’est pourquoi la première assurance animale a été élaborée en 1890. Du côté de l’Europe c'est en Angleterre la première police d'assurance a été vendu en mai 1947 et c’est aux usa en 1982 que le premier contrat fut conclu en faveur de la fameuse chienne LASSIE, l’utilité de la mutuelle animale en France pour chaque propriétaire de chien et chat à une crainte légitime des éventuelles dépenses qui pourront peser sur lui en cas de maladie ou accident de son animal de compagnie.

Un produit d'assurance santé animale vient clairement répondre à ce besoin, permettre l'indemnisation des frais de santé qui ont été engendrées par les maîtres.

La mutuelle pour les animaux est-elle obligatoire et utile ?

Non, elle n'est pas obligatoire mais elle est fortement conseillée car posséder un animal coute cher et quand il tombe malade cela leur coûte encore plus cher.

Il faut reconnaître que la relation affective que beaucoup entretiennent avec leur animal dépasse ses considérations purement financières.

En France il y’a 8 millions de chiens et 10 millions de chats, mais seulement 3% d'entre eux sont couverts par une assurance animaux alors qu'ils sont 30% en Grande-Bretagne et jusqu'à 80% en suède, mais lorsque son chien ou son chat tombe malade ou veut qu'il soit soigné dans les meilleures conditions mais c'est alors que l'on se rend compte à quel point le budget vétérinaire peut exploser à tel point que le propriétaire peut parfois être obligé de réduire les dépenses et être confronté aux choix douloureux entre un traitement onéreux qu’il a du mal à financer ou de choisir du tanaisie son animal.

La mutuelle donne-t-elle un meilleur suivi avec le vétérinaire ?

Une assurance animaux doit être comprise comme étant une façon de financer les soins vétérinaires indispensables suite à un accident ou une maladie grave de son animal, car les dépenses peuvent alors se monter à des centaines d’euros.

Une étude montre que sur les dix dernières années les dépenses vétérinaires ont augmenté de 72% mais elle permet surtout une meilleure prévention et un meilleur suivi en terme de soins et de médicaments, car un maître de l'animal est couvert par une assurance animaux n'hésitera pas à consulter son vétérinaire au moindre symptôme, il n'hésitera pas non plus à consulter pour un suivi régulier de son animal, il consultera trois fois par an en moyenne contre la moitié pour ceux qu’ils ne sont pas couverts, ce que d'ailleurs les vétérinaires apprécient sur un plan professionnel car cela leur permet de proposer les soins les mieux appropriés sans avoir à faire face aux contraintes budgétaires du propriétaire.

Lorsqu'il faut faire un scanner ils n'hésiteront pas à le proposer à un assuré, contrairement à quelqu'un qui ne l'est pas.

Attention à la couverture des dépenses, plusieurs points sont à vérifier avant de souscrire à une assurance animaux.

Tout d'abord quel est le pourcentage de prise en charge des dépenses ? Tous les contrats ne prévoient pas un 100% certains ne proposent qu'une prise en charge de 50% des dépenses.

Ensuite ces taux étaient modifiés au fur et à mesure que votre animal vieillit ? car il est souvent prévu que le taux baisse dès que votre animal atteint un certain âge comme par exemple passer à 60% quand votre chien entre 9 et 11ans puis baisser encore à 40% quand il a 12 et 13ans en parallèle le montant des cotisations tout aussi augmenté à mesure que votre chien prend de l'âge, il peut même arriver que, puisque les contrats sont annuels et renouvelables avec tacite reconduction, certains assureurs décident de ne plus assurer votre animal s’il est trop vieux ou leur coute trop cher.

Quelle limite géographique est couverte par le contrat ?

La plupart des compagnies d'assurance ne couvre que les soins réalisés en France ou dans certains pays proches, donc si vous avez l'habitude de voyager avec votre animal vérifier que vous êtes bien couvert sur le lieu de votre séjour.

Quel plafond annuel est appliqué ?

La plupart des contrats d’assurances animaux imposent un montant total de dépenses annuelles tout actes confondus compris entre 1100€ et 2500€, si vous dépassez cette somme, le solde est à votre charge.

Il se peut également qu’en plus de l’enveloppe annuelle globale, certains actes soient eux même plafonnés.

Quelle franchise est appliquée ?

L’assurance animaux ne déroge pas à la franchise que l’on rencontre dans les autres types d’assurances, elle peut être exprimée en % de l’acte ou en € et être borné par un montant minimum et un maximum, des contrats sont proposés sans franchises mais généralement ce sont ceux qui ne remboursent pas sur une base de 100% mais plutôt à 70 ou 50%.

Attention aux délais de carence.

Presque tous les contrats imposent un délai de carence après la signature pendant lequel les éventuelles dépenses ne sont pas prises en charge, il tourne en général entre 30 et 60 jours.

Quelles sont les conditions de souscription par rapport à l’âge de l’animal ?En général, il doit avoir un minimum de trois mois parfois deux et un maximum de 10 ans. Cette fourchette dépend aussi du type d’animal que l’on assure.

Un chat peut bénéficier d’une souscription à un âge plus avancé qu’un chien par exemple.

Un des paragraphes à lire avec le plus d’attention est celui consacré aux exclusions. Donc, pour éviter toute future mauvaise surprise, bien étudier cette partie du contrat.

Dernier choix à faire. Deux cas de figure doivent être dissociés, la maladie et l’accident.

Un chien qui se fracture la pâte en sautant dans un trou, c’est un accident.

Si seule la fracture, banalement parce qu’il souffre d’ostéoporose, c’est une maladie.

Une assurance animaux qui couvre les deux risques est beaucoup plus onéreuse, vous pouvez donc optez pour qu’ils ne couvrent que les maladies qui arrivent très fréquemment, une qui ne couvre que les accidents, beaucoup plus rare, mais autrement plus couteux en soins vétérinaires que pour les maladies ou qui couvre les deux.

Très peu de compagnies d’assurances proposent un contrat uniquement accident, mais les mensualités sont à des tarifs plus faibles, une formule accident a l’avantage de ne pas avoir de limites d’âge lors de la souscription.

En conclusion, n’oubliez pas que lorsque vous allez choisir la mutuelle pour votre ami de compagnie plus vous prendrez des garanties plus la cotisation sera établit en conséquence.

Enfin et surtout n’oubliez pas ce qui ne vous coûte pas cher au départ peut vous coûter très cher à la sortie.

  • Remplissez notre formulaire et comparez plus de 50 formules d'assurance !